Le diagnostic

La SARL BASTAN intervient en diagnostic et préconisations de travaux de réhabilitation principalement quand :

     •     Il y a un constat de dysfonctionnement ou une apparition de désordres,

     •     Des modifications interviennent dans les conditions d’exploitation de l’ouvrage,

     •     L’environnement de l’ouvrage est modifié.

 

             Le diagnostic consiste en :

              •     L’examen de l’ouvrage,

              •     Le relevé de l’état de l’ouvrage par des inspections

              •     Des auscultations in situ, destructives ou non destructives,

              •     Des essais en laboratoire,

              •     Des calculs de structure.

 

                    Les examens pratiqués permettent d’établir un diagnostic de l’état de l’ouvrage et des fonctions qui  caractérisent les résultats en termes de:

                      •     Capacité portante,

                      •     Etat sanitaire des armatures

                      •     Sécurité des usagers,

                      •     Tenue au feu,

                      •      Etanchéité,

                      •        ...

 

                   Le diagnostic de l’ouvrage réalisé par la SARL BASTAN est suivi de la rédaction détaillée d’un rapport des investigations menées et permet d’établir des préconisations de travaux ou de surveillance.

 

                               Les préconisations de travaux établies peuvent être hiérarchisées et classées selon leur degré d’urgence :

                                •     Travaux d’entretien,

                                •     Travaux préventifs,

                                •     Travaux curatifs,

                                •     Mesures conservatoires.

CORROSION DES STRUCTURES EN BÉTON ARMÉ

Extrait de la norme iso 12696:2012

 

L'acier dans le béton est habituellement protégé contre la corrosion par passivation de l'acier, due à l'alcanéité élevée des solutions contenues dans les pores du béton. Une couche d'oxyde stable se forme à la surface de l'acier, ce qui empêche la dissolution anodique du fer. La nécessité de mesures de protections supplémentaires apparaît lorsque cette couche d'oxyde stable devient instable (en cas de dépassivation) en raison de la pénétration de chlorures à l'interface acier/béton ou de la carbonatation du béton réduisant l'alcanéité de la solution contenue dans les pores à l'interface acier/béton.